Trincomalee: farniente, pêche de plage et petits airs de Goa!

Trincomalee, plage de Uppuveli du 2 au 8 mai 2017

Pour nous rendre à Trincomalee, nous devions prendre deux trains (Polonnaruwa- Galoya junction et ensuite Galoya junction – Trincomalee) avec une période d’attente de trois heures entre les deux trains. Alors, pour ne pas être obligés de se lever à 5 h du matin et éviter tout ce temps d’attente, nous avons décidé de prendre un tuk-tuk pour rejoindre le train à Galoya jonction à 30 km de distance, une gare perdue en pleine nature. Ensuite, après presque deux heures de train et 30 minutes de tuk-tuk, nous sommes arrivés à destination, la plage Uppuveli située à quelque 7 kilomètres de la ville.

C’est là que nous nous sommes installés pour 6 jours de farniente. On se rendra rapidement compte que la plage de Uppuveli a quelques airs de Goa dans le sud de l’Inde, expatriés hippies en moins. Il y a un bon choix de petits restos et c’est dans l’un d’eux que nous avons mangé l’un des meilleurs Rice and curry (plat national) du Sri Lanka pour la dérisoire somme de 5 $ chacun.

Nous n’avions qu’une seule obligation au cours de ces 6 jours, soit celle de se rendre en ville pour aller chercher des $ au guichet, de la bière au Liquor store pour nos apéros et visiter le fort hollandais. C’est en vélo que nous nous y sommes rendus et vu le soleil et la chaleur torrides, nous n’avions qu’une seule idée en tête, retrouver notre bel océan bleu.

Dans bien des pays en Asie, différentes religions se côtoient en raison de leur passé colonialiste et Uppuveli ne fait pas exception. Quelques photos prises pendant cette balade de vélo qui le démontrent bien.

Mais revenons à la plage. Elle doit faire 7-8 km de long, du beau sable blond, quelques complexes hôteliers dans notre coin, mais sans plus, une eau limpide et très chaude avec des vagues surtout en fin de journée. Ce n’est pas le paradis du surf comme les plages du sud de l’île, et c’est tant mieux pour nous, mais c’est bon pour la plongée, la farniente et la pêche.

En parlant de pêche, nous avons admiré une technique de pêche qui nécessite beaucoup de pêcheurs, mais dont la plupart ne vont pas sur l’eau. Ainsi, dans une chaloupe en fibre de verre d’une vingtaine de pieds, trois hommes partent vers le large à environ un km en laissant l’extrémité d’un câble qui retient le filet sur le bord de la plage. Ils reviennent ensuite vers la plage tout en continuant à dérouler le filet, qui forme alors un U assez évasé.

trinquomalee-11.jpg

Des équipes de 7-8 hommes de chaque côté se mettent alors à tirer sur le filet d’un pas cadencé. Les trois hommes de la chaloupe retournent au large, deux d’entre eux sautent à l’eau afin de surveiller pour que le filet demeure bien tendu et ouvert alors que le troisième, debout dans la chaloupe, se place au centre du U et indique aux tireurs sur la plage d’accélérer ou de ralentir d’un coté ou de l’autre pour que le U soit bien droit.

trinquomalee-20.jpg

En tout une vingtaine d’hommes qui travaillent un peu plus d’une heure dans une espèce de chorégraphie plutôt lente, mais constante et où tout le monde a l’air de savoir exactement ce qu’il a à faire. Regardez cette vidéo pour vous en faire une idée.

Et tout ça pour quoi au juste? Pour à peu près 20 pieds cubes de petits poissons de 10-15 cm chacun.

trinquomalee-23.jpg

trinquomalee-25.jpg

trinquomalee-27.jpg

Une fois que le filet est ramené sur la plage, il faut répartir le poisson dans des paniers, le rincer dans la mer pour ensuite le livrer chez les clients et restos du coin, réparer les filets, enrouler tout ça dans la chaloupe, et recommencer… Et ce, à cinq reprises dans une même journée, tous les jours.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

trinquomalee-29.jpg

trinquomalee-33.jpg

L’histoire ne dit pas combien sont payés ces gens qui travaillent vraiment dur, mais certainement bien en deçà de notre salaire minimum.

Dominique s’en est donné à coeur joie pour suivre cette belle gang photogénique pendant quelques jours — telle une mouche sur un poisson laissé sur le sable — et parfois de très près avec son appareil. Mais à voir leurs petits sourires, il faut croire qu’ils ne détestaient pas du tout cette attention. Elle s’est même fait quelques nouveaux amis.

trinquomalee-35.jpg

trinquomalee-13.jpg

En somme, ces quelques jours de farniente ont été plus qu’appréciés et, comme d’habitude, nous en aurions pris un peu plus. Sur la photo suivante, un poisson-ballon qui n’a pas été retenu par les pêcheurs. Plus de photos ici.

trinquomalee-36.jpg

Nous vous parlerons de Jaffna, le ville la plus indienne du Sri Lanka, très bientôt. Plus de photos

3 réflexions sur “Trincomalee: farniente, pêche de plage et petits airs de Goa!

  1. Je reviens déjà ! Elles sont vraiment magnifiques toutes ces photos !
    J ‘aimerai énormément aller découvrir Uppuveli. Notre voyage se fera fin février et je ne suis pas sur que ce soit la bonne saison pour visiter cette région. Qu’ en pensez vous?
    Je prends vraiment beaucoup de plaisir à lire vos textes,
    Nathalie

    J'aime

  2. Pingback: Sri Lanka: le mot de la fin, bilan et itinéraire | Un tuk-tuk pour deux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s