Le Machu Picchu, un bijou serti de gros cailloux!

Machu Picchu, les 22 et 23 avril 2018

LA destination touristique du Pérou. LE plus grand site archéologique d’Amérique du Sud. Une des sept merveilles du monde. Que de qualificatifs et d’attentes!

Le Machu Picchu aurait été construit à partir des années 1440 comme « résidence d’été » de l’empereur inca Pachacutec qui aimait bien l’endroit et qui n’était pas très loin de la ville sacrée de Cusco.  Le « village » a été construit à 2 438 mètres d’altitude sur une crête rocheuse qui relie deux montagnes, le Cerro Machu Picchu (vieille montagne) et le Wayna Picchu (jeune montagne). Sur deux côtés, il y a des falaises de plus de 600 mètres de haut.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Wayna Picchu juste derrière les ruines

Le « village » comprend une zone agricole avec plusieurs terrasses où on plantait du maïs et des patates et une zone urbaine qui comptait environ 200 constructions et abritait environ 800 habitants. Dans la zone urbaine d’environ 500 X 200 mètres, il y a une section résidentielle et une autre regroupant plusieurs temples et places sacrés. Les pierres pour la construction des bâtiments et des terrasses proviendraient d’une autre montagne assez éloignée, ce qui, nous n’en doutons pas une minute, aurait grandement compliqué la construction.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Après sa mort en 1471, le rôle et l’importance de Machu Picchu commencèrent à décliner et le village était presque désert à l’arrivée des Espagnols en 1534. Il semble que ce soit la raison pour laquelle les Espagnols, constamment à la recherche d’or, ne s’y intéressèrent pas vraiment, ne l’a pas détruit comme le reste des villes et villages incas et qu’il tomba dans l’oubli.

Les « retrouvailles » eurent lieu vers 1911 où un chercheur américain (Bingham) de l’université Yale, avec la National Geographic Society, visita le site en cherchant autre chose. Il fut le premier à reconnaître l’importance des ruines et à les étudier.

Ce qui frappe aujourd’hui sur ce site, c’est son état de conservation. Que ce soit ses bâtiments, ses terrasses, ses temples ou ses canaux d’irrigation, ils sont tous bien préservés. Mais d’abord et avant tout, c’est sa localisation sur une crête montagneuse difficilement accessible qui le rend si spectaculaire. Lorsqu’on s’arrête quelques instants, on se demande comment ils ont pu construire ça, dans un endroit pareil, et avec les moyens qu’ils avaient. Impressionnant et grandiose!

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Encore une fois, quel souci du détail et quelle précision dans la taille de pierre

Machu-31.jpg

La Roca sagrada (La roche sacrée) –  Pierre monolithique érigée sur un grand piédestal (3m de haut et de 7m de large) qui a, selon l’angle sous lequel on la regarde, la forme d’un félin ou celle de la colline dernière derrière elle, la Yanantin ce qu’il ne fut pas possible de constater à cause des nuages. Mais, l’ensemble avec les deux bâtiments de chaque côté servait probablement de  lieu de rituel.

Parce que ce n’est pas si évident, voici le mode d’emploi pour le Machu Picchu

D’abord, sachez qu’il faut se rendre à Aguas Calientes, la ville en contrebas du Machu Picchu à partir d’Ollantaytambo, dans la Vallée Sacrée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Aguas Calientes

Il y a évidemment plusieurs moyens pour s’y rendre, mais les plus populaires se font soit à pied par le Chemin de l’Inca avec un guide (obligatoire) et des porteurs (optionnel) et que ça peut prendre jusqu’à 4-5 jours ou en train (qui prend environ 1 h 30) ou encore une combinaison plus ou moins longue de train et de marche. Une autre option est de prendre l’autobus local qui va jusqu’à Santa Teresa et ensuite faire 2-3 heures de marche. C’est selon les goûts et les attentes de chacun.

Pour notre part, nous avions envisagé de faire un combiné train-marche, mais notre expérience du cañión del Colca nous a vraiment, mais vraiment convaincus que ce ne serait pas une bonne chose pour nous 😉 Fait que, nous avons changé d’idée et opté pour le train « panoramique » de la compagnie Inca Trail pour l’aller (Ollantaytambo – Aguas Calientes). En fin de compte, le panoramique n’a pas d’intérêt, ne payez pas pour cela. Nous avons pris le train régulier au retour et ce fut aussi bien.

Cependant, si vous avez un très gros budget et le goût pour le grand luxe, allez voir du côté du train de Perurail avec son train Belmond Hiram Bingham.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le train panoramique

Machu-2.jpg

On dirait que JP à fait un mauvais coup, mais non, il est juste très content de n’avoir pas à marcher pour se rendre à Aguas Calientes :-)))

Ensuite, de Aguas Calientes au Machu Picchu, il y a des autobus régulièrement à partir de 5 h 30 le matin et le trajet dure environ 30 minutes. Mais sinon, vous montez à pied et ça prendra quelques heures. Nous vous conseillons de monter en autobus et, si le coeur vous en dit après votre visite des ruines, vous redescendrez à pied. Mais, on vous le dit tout de suite, vous redescendrez probablement en autobus…

Une autre particularité du site est son système de billetterie qui a pour objectif de mieux contrôler ou de répartir l’accès au site. En 1991, le Machu Picchu recevait environ 77 000 visiteurs par an. En 2009, ce nombre est passé à 800 000 et le nombre maximal de visiteurs par jour étaient de 2 500 personnes. Récemment, l’organisation de la billetterie serait de laisser passer 2 500 personnes le matin entre 6 et 12 h et un autre groupe de 2 500 personnes en après-midi entre 12 et 17 h. Mais, en théorie, si vous avez un billet du matin, vous pouvez rester sur le site toute la journée, il n’y a pas de contrôle une fois à l’intérieur. Mais ça veut dire aussi qu’il y a beaucoup de monde en après-midi.

Vous devrez décider également si vous avez envie de faire l’ascension de l’une des deux montagnes du site, le Cerro Machu Picchu (vieille montagne) et le Wayna Pichu (jeune montage) qui offrent une vue imprenable sur les ruines et d’où on peut prendre la fameuse photo typique du Machu Picchu.

Le site vend 200 billets pour un accès entre 7 et 8 h et 200 autres billets pour un accès entre 10 et 11 h, et ce, pour chacune des montagnes. Alors, oubliez les montagnes si vous achetez un billet d’après-midi pour le site. Quant à la visite du site en lui-même, vous devez avoir un guide et il faut environ deux heures pour faire le tour.

Petite précision pour le choix de la montagne. Si vous tenez à faire le Wayna Pichu (la plus courte et la plus facile des deux randonnées, mais aussi la plus populaire), pensez à  acheter votre billet d’avance (il est recommandé une semaine en basse saison et un mois en haute saison). Il sera émis en même temps que l’achat du billet d’entrée des ruines. Quant à nous, à quatre jours d’avis, nous n’avons pas eu le choix et avons pris le billet pour le Cerro Macho Picchu. Mais nous ne l’avons pas regretté. La vue est saisissante.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Vue des ruines à partir du sentier du Cerro Machu Picchu

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Et on redescend!

C’est compliqué, mais pas tant. Voici le truc maintenant :

  1. achetez un billet Machu Picchu pour la matinée;
  2. commencez par l’ascension de l’une des deux montagnes dans la fenêtre de 7 à 8 h;
  3. revenez à l’entrée pour rejoindre votre guide vers 11 h 30;
  4. profitez-en pour aller aux toilettes à l’entrée, il n’y en a pas sur le site et il n’est pas possible d’entrer plus de deux fois sur le site avec le même billet;
  5. profitez-en aussi pour manger une bouchée, car ce n’est pas possible sur le site; et
  6. revenez sur le site avec votre guide (privé idéalement).

Mais sinon, tout va bien, prenez votre temps et vous pourrez demeurer sur le site jusqu’à la fermeture si le coeur vous en dit, même si la visite avec le guide est terminée.

Un dernier point, nous avons oublié de le mentionner, mais pour acheter vos billets, il faut passer par l’une des dizaines d’agences touristiques de Cuzco ou d’Arequipa.

Attention, le circuit de visite est comme dans un IKEA, vous ne pouvez pas reculer ou prendre un raccourci 😉

En conclusion, malgré les détails techniques, les moyens de transport et la foule, le site vaut indéniablement le détour. Nous sommes ravis et nos attentes ont été comblées.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

On se reparle bientôt de l’Équateur et des îles Galapagos!

Plus de photos sur notre page Facebook

Un p’tit like ou un partage si vous avez aimé ce billet ou encore mieux, laissez-nous un commentaire. Abonnez-vous à notre blogue pour recevoir nos infolettres par courriel et ne pas louper nos billets.

6 réflexions sur “Le Machu Picchu, un bijou serti de gros cailloux!

  1. Bon matin vous deux, c’est quelque chose ce Machu Picchu ! La beauté du site et indéniable et le vertige est gratuit, même en photo. Comme vous dites c’est de la gestion pour s’y rendre, mais quel coup d’oeil. De marcher sur ces pierres doit donner un drôle d’effet ! D’avoir grimper encore plus haut pour voir ce site en plonger donne de l’intérêt. Vos photos parlent d’elles-mêmes, c’est de toute beauté. Mes chanceux !!!!

    Aimé par 1 personne

    • Merci, mais à vrai dire on a fait une exception pour ce billet. En général, on laisse les agences et les guides jouer ce rôle. Mais, comme c’est presqu’une aventure en soi de se préparer pour le Machu, c’est venu naturellement en écrivant le billet. 😉

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s