Ninh Binh, inondée par le typhon

Après avoir connu deux jours de flotte à Mai Chau, nous nous dirigeons plein d’espoir vers Ninh Binh, surnommée la Baie de Ha Long terrestre et notre Nguyen Shack. Pour mémoire, le Nguyeng Shack est la propriété d’un Québécois et d’une Vietnamienne, et nous y avions séjourné il y a trois ans lors de la construction des tout premiers bâtiments. Les shacks sont en bambou, les toits en feuilles de palmier et ils sont construits sur des pilotis sur les berges d’un petit lac entouré de montagnes. Pour s’y rendre, il faut marcher, ou encore rouler en vélo ou en scooter environ 300 mètres en bordure du lac, car les voitures ne peuvent passer. Magnifique! Nous avions bien aimé notre séjour et avions hâte d’y retourner avec nos deux comparses Suzanne et Fernand.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Les shacks Nguyen

Mais voilà, la pluie, qui n’a pas cessé, est causée par le typhon Doksuri qui passe à quelques centaines de kilomètres plus au sud et qui a nécessité l’évacuation de plus de 80 000 personnes dans la province de Ha Tinh. Le typhon est le plus puissant des dix dernières années au Vietnam. On est donc mieux à la pluie que dans le typhon! D’ailleurs, c’est tout le Vietnam en entier qui en est affecté et trempé.

En cours de route, nous apercevons partout des rues, des champs et des rizières inondés et de plus en plus à mesure que nous nous approchons de notre destination. Effectivement, arrivés au Nguyen Shack, … heu! le niveau du lac a monté d’au moins deux pieds et le sentier d’accès est complètement inondé. Notre chauffeur appelle le Shack, quelqu’un viendra nous chercher.

Une jeune fille arrive en scooter par le chemin inondé et nous explique la situation. Elle nous offre la possibilité d’aller dormir à l’hôtel voisin si nous préférons être plus au sec. Avant de prendre cette décision, Dominique grimpe à l’arrière du scooter pour aller inspecter l’état des shacks en prenant le même chemin inondé. Les shacks sont ok, nous décidons donc de nous y installer. De toute façon, ce sera plus intéressant que le soi-disant hôtel voisin que nous avions testé (par obligation) lors de notre premier séjour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pièce principale du shack

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

salle de bain du shack

Une autre employée arrive avec son scooter pour le transport des bagages et des passagers. Suzanne embarque et se rend à destination sans embuche. Au tour de Dominique, le scooter étouffe au milieu du chemin et ne veut pas redémarrer. Elle doit terminer le trajet en marchant les deux pieds dans l’eau. Évidemment, nous avions tous chaussé nos tongs pour l’aventure! En fin de compte, les quatre scooters du Shack ont pris l’eau et sont morts. Un voisin vient donc à la rescousse pour reconduire les deux gars à tour de rôle avec les bagages. Le moteur et le pot d’échappement de son scooter sont plus hauts que sur les autres c’est pour cela qu’il peut rouler sans s’étouffer dans l’eau. Un gars prévenant!

Au Shack, les chambres et la salle à manger sont au sec, mais c’est très, très, très chaud et humide.

Nous sommes évidemment un peu déçus par cette température, mais les sympathiques Ly et Dung (surnommée Zoom-zoom), qui sont les responsables du site, se sont occupés de nous, et des autres clients arrivant aussi débinés que nous, avec un enthousiasme et une bonne humeur hors du commun.

zoom

en arrière plan (de g. à d.), Ly, Zoom-zoom et malheureusement j’oublie le nom de la troisième. En avant, Fernand et Jean-Pierre. Crédit photo: Suzanne Tremblay

Le soleil est revenu dès le lendemain et somme toute, nous avons passé une bonne nuit malgré l’humidité qui avait pris le dessus au petit matin.

Première journée, randonnée en vélo jusqu’à Tam Coc, en faisant un petit arrêt au marché local pour l’achat de chapeaux coniques.

Mais, il faut d’abord rejoindre la route.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Nous avons visité pour une seconde fois le temple de Bich Dong qui a été construit en 1428 et qui compte trois niveaux de pagodes dans la montagne. Nous l’avons encore trouvé très beau. D’autant plus que nous pouvions le voir sous un autre angle, soit entouré d’eau. Ce qui nous a permis de nous tremper les pieds encore un petit peu.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

L’entrée du temple Bich Dong, habituellement sèche.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ensuite, excursion de trois heures en bateau sur la Ngo Dong River. Les paysages de rizières et de montagnes karstiques sont superbes tout comme la traversée de trois grottes tunnel. La plus longue mesure 125 mètres et le plafond n’est qu’à peine deux mètres au dessus de l’eau, et probablement moins par les temps qui courent. Dominique a aussi appris à ramer avec les pieds, mais …

ninhbinh-18.jpg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ninhbinh-26.jpg

ninhbinh-27.jpg

ninhbinh-28.jpg

Pas de succès avec les pieds et guère mieux avec les mains. Plus difficile que ça en a l’air. Il faut ramer à l’envers.

ninhbinh-29.jpg

Et finalement, escalade de la montagne de Hang Múa pour terminer en beauté. Quelques centaines de marches à gravir pour mériter ce beau panorama.

ninhbinh-34.jpg

ninhbinh-30.jpg

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ninhbinh-31.jpg

Deuxième journée, le Tremblay’s scooter club s’est mis en place et a été rouler dans la région. Revoyez la vidéo diffusée il y a quelque temps.

Mais en résumé, nous avons revisité sous un soleil ardent, Hoa Lu qui fut l’ancienne capitale du Vietnam de 968 à 980. Puis, nous avons poursuivi notre chemin à la recherche d’un village flottant à une quarantaine de kilomètres du Shack.  Mais nous ne le trouverons jamais.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Ce diaporama nécessite JavaScript.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

ninhbinh-57.jpg

Cimetière et rizières inondés

Troisième journée, farniente et devoirs de photos et d’écriture pour le blogue, affalés dans les hamacs du shack. Compte tenu du décor et de la température, nous sommes bien conscients que personne ne nous plaindra, mais bon!

hamac

En conclusion, Ninh Binh demeure une destination incontournable dans notre coeur avec ses paysages et ses rizières magnifiques. Quant au Nguyeng Shack, malgré la chaleur, l’humidité et le sentier inondé, son concept de chalet ouvert sur le lac, la qualité de sa nourriture et son personnel d’une gentillesse, d’un dévouement et d’une bonne humeur remarquable en font le must dans la région.

Pour finir en beauté ce retour au Vietnam, nous vous parlerons de notre merveilleuse Hanoï.

Plus de photos de Ninh Binh à venir sur la page Facebook d’Un tuk-tuk pour deux.

Une réflexion sur “Ninh Binh, inondée par le typhon

  1. Pingback: Vietnam 2017 : Mot de la fin, bilan et itinéraire | Un tuk-tuk pour deux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s