Cambodge, on en veut « Ankor »

DE SEPTEMBRE À DÉCEMBRE 2014

Au moment de ce voyage, ce blogue n’existait pas encore. Or, comme ce voyage au cours duquel nous avons sillonné le Vietnam et le Cambodge a été le premier de nos voyages au long cours, nous trouvons important qu’il soit intégré à notre blogue. C’est donc dans un format différent de nos habituels billets que nous vous présentons la partie Cambodge de notre voyage. Nous avons rapaillé tous les posts et les albums photo que nous avions alors diffusés sur Facebook tout au long de notre parcours de trois mois. Mentionnons qu’à cette époque, nous voulions surtout partager des images 😉

SIEM REAP

SIEM REAP.jpg

Nous sommes arrivés au Cambodge depuis maintenant 9 jours et sommes très enchantés jusqu’à présent. Les gens sont très chaleureux, ce qui nous manquait un peu au Vietnam. Il fait très chaud, en moyenne 31 degrés plus le facteur humidex, la température ressentie est au moins de 37-39 degrés. Nous sommes très chanceux, car notre arrivée à Siem Reap a coïncidé avec le début de la Bon Om Tuk (Fête de l’eau). Cette fête qui célèbre la victoire de Jayavarman VII sur les Cham qui occupaient Angkor en 1177, marque également l’inversion du cours du lac Tonlé Sap. C’est l’un des événements les plus importants du calendrier Khmer. Au cours de cette fête qui dure trois jours à Siem Reap et sept jours à Phnom Penh, des courses de bateaux ont lieu sur le Tonlé Sap et la rivière Siem Reap. Chacune des barques est propulsée par une quarantaine de rameurs. On se demande comment ils font pour y tenir en équilibre. Ainsi, nous avons passé notre première journée à nous promener au hasard, à regarder les courses et à profiter de l’effervescence de cette fête. Voir l’album photo

TEMPLES D’ANKOR

SIEM REAP-4.jpg

Les Temples d’Angkor, une des sept merveilles du monde! Quelle immensité!

Angkor a été la capitale de l’empire Khmer qui a contrôlé une grande partie de l’Asie du Sud-est (Vietnam, Laos, Cambodge, Thaïlande et Birmanie) entre l’an 802 jusqu’à 1432. Angkor comptait à son apogée plus d’un million d’habitants alors que Londres en comptait à peine 50 000. Tous les bâtiments en bois ont été détruits. Comme la pierre servait essentiellement pour construire les monuments religieux, seuls ceux-ci ont subsisté. Les rois se prenaient pour des dieux…

À preuve, cette série sur les temples… L’ordre de présentation est essentiellement en fonction de l’ordre de nos visites.

Le premier est le Preah Khan, construit vers 1190 et dédié à plus de 500 divinités. Le temple mesure 700 m X 800 m et nécessitait plusieurs milliers de serviteurs pour son entretien. Voir l’album photo

tasom.jpg

Le Ta Som qui a aussi été construit à la fin du XIIe siècle. Selon le Lonely, la particularité de celui-ci est l’arbre énorme qui envahit l’une des entrées, mais moi je ne suis pas tout à fait d’accord. Les apsaras(danseuses) sont partout sur les murs et elles sont magnifiques. Voir l’album photo

eastmabon.jpg

Le East Mebon est un temple hindou qui a été construit entre 950 et 968 sur un îlot au centre du Baray oriental. Celui-ci est un bassin d’eau construit à la main cent ans auparavant mesurant de 7 km de long par 1,8 km de large. Voir l’album photo

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Le Banteay Kdei est un monastère bouddhique construit vers la fin du XIIe siècle. Juste à côté, il y avait le bassin d’ablutions pour le roi et ses femmes qui mesurait 800 m x 400 m. Méchante baignoire! Voir l’album photo

eastmabon-3.jpg

Le Ta Phnom est aussi un temple bouddhique construit vers 1186. Son principal attrait et non le moindre est qu’il est maintenant englouti par la jungle. C’est l’un des rares temples de la région dans lesquels des inscriptions donnent des informations sur la population qui l’entretenait ou qui y travaillait : 80 000 personnes dont 2 700 administratifs (ou fonctionnaires hahaha!) et 615 danseurs. Voir l’album photo

eastmabon-4.jpg

« Expression suprême du génie Khmer, Angkor Vat est l’un des monuments les plus grandioses et les plus inspirés jamais conçus par l’homme… Ce temple est l’âme et le cœur du Cambodge et son emblème national… C’est le plus célèbre et le plus spectaculaire des temples d’Angkor. » selon le Lonely Planet.

Il mérite donc quelques attentions et photos. D’abord, quelques chiffres : il a été construit au XIIe siècle, est entouré d’une douve de 190 m de large par 1,5 km de long et 1,3 km de large. Le mur d’enceinte mesure 1 km x 0,8 km et le temple lui-même est de 200 m X 200 m. Il a nécessité 300 000 ouvriers et 6 000 éléphants.

Mais, pour nous, ce sont les bas-reliefs qui nous ont marqués. Imaginez! Les murs extérieurs ont environ 5 m de haut et totalisent 800 m de long. Et ils sont entièrement, du sol au plafond, recouverts de gravures racontant quatre histoires différentes : les batailles du roi, les punitions de l’enfer, les récompenses du ciel, etc. Des milliers et des milliers de personnages la plupart différents les uns des autres. Impressionnant!

Certes, une partie a été refaite au cours du dernier siècle, mais quand même, admirez l’immensité du travail réalisé il y a presque mille ans. Voir l’album photo

eastmabon-5.jpg

Dernière série de « blocs de pierre », la cité fortifiée d’Angkor Thom, la dernière construite par les rois d’Angkor au XIIe siècle. La Cité est entourée d’un mur de 8 m de haut sur un peu plus de 3 km de chaque côté et environ 1 million de personnes y habitaient. Les principaux monuments qui ont résisté au temps sont le Bayon, le plus monumental avec 54 tours représentant les 54 provinces du Royaume. Chacune de ces tours comprend quatre sculptures du visage du roi rappelant ainsi à ses commettants qu’il les surveillait. Il y a aussi le Baphuon avec sa grande allée surélevée pour y accéder. Le petit Phimeanakas couvert de mousse et la Terrasse des éléphants, longue de plus de 350 m, du haut de laquelle le roi daignait rencontrer ses sujets et ses armées. Voir l’album photo

VILLAGE FLOTTANT

SIEM REAP-3.jpg

Nous avions entendu parler du village flottant et de la forêt inondée dans les environs de Siem Reap. Après 45 minutes de tuk-tuk et une heure de bateau, nous sommes enfin arrivés au débarcadère du village. De là, on nous a gentiment proposé, moyennant un autre supplément, de faire le tour du village et de la forêt, à bord d’une chaloupe en bois avec une jeune rameuse à l’avant, accompagnée de ses deux petits enfants.

En fait, les maisons ne sont pas flottantes puisqu’elles sont sur pilotis qui peuvent atteindre près de vingt pieds. Lors de la mousson, l’eau du lac monte beaucoup et tout devient inondé. Voir l’album photo

bateau.jpg

De Siem Reap à Battambang. Nous avons effectué ce trajet en bateau de bois (voir les commandes du capitaine et les bancs de passagers sur la première photo) sur la rivière Sangker et lac Tonlé Sap. Durée de 7 heures environ. Avons traversé plusieurs villages flottants, certains d’une très grande pauvreté, mais comme le démontrent les photos, les enfants ne semblent pas trop en souffrir.Voir l’album photo

BATTAMBANG

roussette.jpg

Roussettes : The return
Seconde ville du pays avec ses 250 000 habitants. En deux jours il est possible de tout voir. La première journée, nous avons visité en tuk-tuk deux temples et essayer le bambou train. Le lendemain, nous nous sommes promenés en vélo et avons visité le marché local où l’on trouve tout ce que l’on veut : couturière, coiffeuse, viande, légumes et fruits, poisson, shampoing, savon, etc. Voir l’album photo

PHNOM PENH

phnomphen.jpg

Phnom Penh, capital économique du Cambodge, 2 millions d’habitants. Beaucoup de pauvreté, des familles avec de petits enfants vivant et dormant sur le trottoir. Pas toujours facile à voir. Nous y sommes restés quatre jours. La ville en tant que telle n’a rien de très spécial. Il y a quand même beaucoup de touristes, mais rien comparativement à Siem Reap. Alors voici le premier album Phnom Penh qui présente le Palais royal. Celui-ci est fortement inspiré du Palais royal de Bangkok, mais il est loin d’avoir la même richesse. (Johanne, tu pourras chercher Charlie à deux endroits.) Voir l’album photo

KILLING FIELD

genocide.jpg

Phnom Penh – Génocide – Voir ou ne pas voir?

Selon nous, on ne peut visiter cette ville sans se rendre sur les sites qui retracent l’histoire horrible de l’époque de Pol Pot, dictateur dans un régime communiste qui a tué 30 % de la population. Toutes les personnes considérées comme intellectuelles (p. ex.: portant des lunettes ou connaissant une deuxième langue), éduquées ou qui critiquaient le parti étaient éliminées. Le plus surprenant est que lui-même et ses sbires étaient tous des intellectuels ayant étudié à l’étranger.

Sur les premières photos, il s’agit d’une ancienne école transformée par le régime en centre d’interrogatoire… et de torture. Plus de 20 000 personnes y sont mortes. TRÈS TRÈS difficile à visiter parce qu’entre autres choses, cette histoire est très récente (1975-1979). On y voit les photos de tous les hommes, toutes les femmes et tous les enfants qui y ont été tués.

Le deuxième site est le killing field (camp d’extermination), l’endroit où ils exterminaient tous les non partisans. Il ne reste plus de bâtiments, mais il y a des centaines de charniers dont plus de la moitié ont été ouverts et d’où émergent encore de la terre des ossements et des vêtements des victimes. Un mémorial fut érigé et il est rempli d’ossements. Il y a 386 camps d’extermination comme celui-ci, comptant plus de 20 000 charniers ailleurs au Cambodge. L’audioguide fourni pour la visite explique très bien cette époque tumultueuse de la vie et, malgré tout, la visite de ce site est très respectueuse et apaisante d’autant plus que la narration est faite (en français) par l’un des trois seuls prisonniers survivants de cette atrocité.

Tous les touristes, et les Occidentaux en particulier, devraient visiter ces sites et réfléchir (surtout nos dirigeants et les vendeurs d’armes). Il y a eu bien des barbares au cours des siècles, mais il est inconcevable que des événements tels que celui-ci se produisent encore. Pensons au Rwanda et à tout ce qui se passe actuellement dans certains pays d’Afrique et du Moyen-Orient (et aujourd’hui en Syrie et au Myanamar avec les Rohingyas). Moi, ça m’a empêché de dormir! Voir l’album photo

TONLÉ BATI ET PHNOM CHISOR

marches.jpg

Environ de Phnom Penh  (50 km) – Tonlé Bati et Phnom Chisor, deux sites que nous avons bien aimés pour leur situation hors des routes touristiques, parce que pour y accéder il faut faire deux heures de tuk-tuk et une ascension de plusieurs centaines de marches d’escalier et enfin pour la vue que nous offrent ces endroits et pour leur côté mystérieux. Pour le côté historique, le temple Phnom Chisor aurait été l’inspiration des Temples d’Angkor, mais c’est un peu tiré par les cheveuxVoir l’album photo

dodo.jpg

Quelques scènes quotidiennes de la vie urbaine. Voir l’album photo

dodo-2.jpg

Comme ils sont souvent impressionnants au Cambodge comme au Vietnam, j’ai décidé de vous présenter un album sur les transports. Certaines photos ne sont pas de très bonnes qualités, mais leur sujet est intéressant… Enfin, je crois! Voir l’album photo

KAMPOT ET KEP

poivre.jpg

Kampot et Kep. Deux dernières étapes au Cambodge. Situées complètement au sud, ce sont deux petites bourgades très calmes et proprettes en bordure de mer. Nous étions basés à Kampot (le lieu de la vidéo des redux) pour quatre jours. Visite de poivrières qui produisent le meilleur poivre au monde : le poivre de Kampot. Un peu de moto, un peu de plage à Kep, beaucoup de fruits de mer et un peu de reposVoir l’album photo

2 réflexions sur “Cambodge, on en veut « Ankor »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s