Parque nacional Torres del Paine, la suite

Parque nacional Torres del Paine, du 17 au 20 février 2018
Jour 3 – Valle Francés
 

À la suite des recommandations d’un guide à l’hôtel, nous nous dirigeons vers la Valle Francés avec l’intention de nous rendre au Mirador Francés, situé à quatre heures de marche. Selon lui, nous avions amplement le temps… c’était sans compter les heures de traversier qu’il avait en faux. Mais avant, nous devons faire 30 minutes d’auto, prendre le traversier à 9 h (60 $ / personne pour la traversée aller-retour — trajet de 30 minutes — encore une arnaque!) à Pudeto pour nous rendre au refuge appelé Mountain Lodge Paine Grande, point de départ pour le Francés.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Notre traversier (photo prise à la fin de la journée)

Il fait beau soleil, avec un peu ou beaucoup de nuages et quelques gouttes de pluie, parfois tout en même temps, mais magnifique température pour marcher.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Nous commençons notre marche vers 9 h 45 et arrivons au Refuge Italiano selon le temps prévu (2 h 30).

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Caracara chimango

On constate cependant que pour reprendre le traversier du retour à 17 h 30, nous n’avons pas le temps de monter au Mirador Francés parce que c’est encore à 1 h 30 de marche, donc 3 h aller-retour. On pourrait prendre le dernier bateau de 18 h 30, mais c’est serré et on ne court pas le risque, car nous ne savons pas si nous tiendrons le temps pour la dernière partie. Mais, l’avoir su, nous aurions peut-être fait un dodo en refuge pour nous permettre de faire le sentier en entier. Nous sommes un peu déçus ce coup-là! Et surtout pas très impressionnés par le guide qui n’avait pas tenu compte des horaires du traversier dans ses recommandations!

Alors, pour compenser, on s’installe sur le bord de la rivière et nous prenons tout le temps qu’il faut pour notre déjeuner avant de reprendre le chemin de retour.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Pas de presse, on arrête aussi souvent que la photographe le désire (comme si on ne faisait pas que ça!) et pour remplir nos bouteilles d’eau dans les ruisseaux qui sortent des glaciers et dévalent les montagnes.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Un superbe de beau petit 15 km.

Jour 4 – Lago Grey

Notre permis d’entrée au parc est expiré, mais on s’y pointe quand même en disant au gardien que nous devons nous rendre à Cierro Castillo, une petite ville située à l’autre extrémité du parc. Il y a bien une autre route, mais… et le jeune gardien compte sur ses doigts nos journées de séjour et nous dit Ok, ça fait trois jours avec un grand sourire et nous laisse passer.

On a réfléchi longuement sur la question de faire ou non une croisière de trois heures sur le Lago Grey pour voir le glacier à l’autre bout et finalement, pour compenser notre petite ratée de la veille, on avait décidé d’y aller. Malheureusement (ou heureusement pour le porte-monnaie), en arrivant, il vente trop et la croisière est annulée. Déçus, oui et non. Cette fois-ci c’est le hasard qui l’a décidé et on ne vous en dit pas plus, mais nous venons de faire une super économie 😉 bien malgré nous. En plus, on sait que question glacier, on pourra se reprendre à El Calafate en Argentine.

Comme il est possible de randonner à cet endroit, nous allons faire une petite marche de quelques heures qui commence sur un banc de galets (genre barachois).

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Très difficile de marcher dans les galets avec un vent à écorner les boeufs, mais ça mène à une belle petite île d’où on a une belle vue sur le glacier et sur un iceberg qui s’est détaché.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Malgré le vent, il y a de belles percées de soleil. C’est une autre journée agréable pleine de photos…

valle frances-4.jpgOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

En fin de journée, en route vers Cierro Castillo, un petit village de cinq rues sur cinq à la frontière de l’Argentine. En conclusion, pour ceux qui ne sont pas maniaques du trek à tout prix ou qui n’ont pas l’entraînement nécessaire, deux jours de randonnées et deux jours de visites sont un combiné parfait pour le Parque nacional del Paine. Mais, pour nous, la marche se poursuivra du côté argentin.

Plus de photos sur notre page Facebook.

Un p’tit like ou un partage si vous avez aimé ce billet ou encore mieux, laissez-nous un commentaire.

7 réflexions sur “Parque nacional Torres del Paine, la suite

  1. Pingback: Chili: le mot de la fin, bilan et itinéraire | Un tuk-tuk pour deux

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s