Parc provincial des Dinosaures, encore des badlands avec des dinos en prime

Alberta, du 24 au 27 septembre 2021

Et voilà, en cette matinée du 24 septembre, nous entamons la route du retour. Mais cette fois-ci, comme mentionné dans notre précédent billet, nous prendrons notre temps en nous arrêtant à différents endroits plutôt que de faire de la route ad nauseam!

Nous savourons pleinement la première journée du trajet et ouvrons bien grands les yeux pour profiter encore une fois des magnifiques panoramas de la Promenade des glaciers jusqu’à Banff! 375 km de pur plaisir pour les yeux avec quelques stops photos aux nombreux points de vue aménagés par Parcs Canada.

Dodo à Banff et ensuite 350 km à destination du Parc provincial des Dinosaures, situé à quelques 200 km à l’est de Calgary et à une quarantaine de kilomètres au nord de Brooks où nous sommes déjà posées au début de notre périple. Alors que le voyage entre Banff et Brooks se fait sur l’autoroute, le trajet entre Brooks et le Parc est plutôt composé de chemins de campagne avec peu ou pas de trafic ni de maisons; de là à nous questionner sur la direction prise! 

D’abord, un peu d’histoire sur ce parc provincial qui figure sur la liste des 20 sites du Patrimoine mondial du Canada. 

«Il y a 75 millions d’années, ce qui est maintenant l’est de l’Alberta, était une plaine littorale de faible altitude aux abords d’une mer vaste, mais peu profonde. La température subtropicale ressemblait à celle du nord de la Floride aujourd’hui. D’innombrables créatures fréquentaient l’endroit : des poissons, des amphibiens, des tortues, des oiseaux, des mammifères primitifs et environ 35 espèces de dinosaures. Certaines de ces créatures sont mortes dans les lits des rivières et dans les vasières, et leurs os ont été enfouis sous des couches de sable et de boue. Le passage du temps, combiné à la pression, à l’absence d’oxygène et au dépôt de minéraux, a produit des fossiles, soit des empreintes d’os, de dents et de peaux de créatures qui fréquentaient autrefois la région. La formation de couches de roches sur ces fossiles en a permis la conservation.

Ce n’est qu’à la fin de la dernière période glaciaire il y a environ 13 000 ans — une fraction de seconde dans l’histoire géologique — que les glaciers ont enlevé les couches supérieures de roches. D’importantes quantités d’eau de fonte ont sculpté les couches fragiles de grès et de mudstone, dénudant les sédiments fossilifères et, parallèlement, créant la vallée de la rivière Red Deer. Les cheminées de fées, les mesas isolées et les basses ravines de cette vallée, située au cœur des badlands de l’Alberta, contiennent la plus importante concentration de fossiles de dinosaures de la période du crétacé supérieur jamais découverte.

Les fouilles entreprises dans les années 1880 sur ce site de 27 kilomètres aux abords de la rivière Red Deer ont permis de prélever plus de 300 squelettes en excellente condition. Des douzaines d’entre eux se trouvent maintenant dans 30 musées à travers le monde. Depuis 1985, la plus importante collection de trésors du parc se trouve au Royal Tyrrell Museum of Palaeontology, à Drumheller, à deux heures de route au nord-ouest du parc.» (Parcs Canada)

On nous avait déjà parlé de l’envergure et de la beauté de ce musée, mais nous avons décidé de ne pas y aller préférant davantage la nature et les badlands. Après celles du Parc national des Prairies — c’est ce qu’on appelle avoir de la suite dans les idées! 

L’espace «public» du parc est relativement restreint puisqu’on ne peut accéder à une bonne partie du site qu’avec des guides dans le cadre de visites interprétatives, lesquelles n’étaient pas disponibles au moment de notre visite. Cependant, de superbes points de vue sur l’ensemble du site s’offrent à nous en parcourant les différents sentiers de plus ou moins un kilomètre chacun. De quoi s’amuser longtemps en se promenant librement au cœur des formations géologiques et près de la rivière Red Deer. Et c’est ce que nous avons fait avec grand plaisir pendant presque toute la journée.

Des reproductions de squelettes de dinosaures présentés tels que découverts sont exposées à quelques endroits sur le site et donnent à réfléchir, même sans l’authenticité. L’euphorie devait régner dans le coin lors de l’exploration! Au centre d’accueil du parc, une petite collection bien présentée de pièces originales de ces vertébrés de l’ère secondaire vaut la peine d’être vue.

Le camping et le centre d’accueil sont situés dans le fond de la vallée près de la rivière qui forme une espèce d’oasis dans ce décor aride et rude de badland. L’observation de ces terres, et la rêverie à l’égard de l’existence de ces animaux il y a si longtemps nous rappellent que les changements climatiques ne datent pas d’hier à la différence qu’aujourd’hui ils sont causés par l’homme. Nous ne sommes pas à l’abri (loin de là) de catastrophes qui pourraient bouleverser le monde tel que nous le connaissons aujourd’hui. Un processus déjà bien enclenché d’ailleurs… La COVID en est un bon exemple!

Bref, ce fut un beau petit séjour de deux nuits dans ce parc que nous recommandons fortement en complément du Parc national des Prairies et encore davantage si vous n’avez jamais visité ce dernier.

Demain, nous reprenons la route pour nous diriger vers le Parc national du Mont-Riding situé au nord du Manitoba. À l’instar des badlands  de l’Alberta, ce dernier jouit d’une faune intéressante, mais à l’opposé, se pare d’une nature des plus luxuriantes…

Fiche camping – bivouac

Parc national des Dinosaures   Camping provincial Dinosaures,  très achalandé le week-end, complet le dimanche, nous étions pratiquement seuls le lundi. 24 $CAN /jour aucun service et 31 $ CAN/jour avec électricité seulement. Section overflow aucun service possible pour une nuit seulement 28 $ CAN. Toilettes sèches, douches, sanidump et eau potable. Super pour les familles avec enfants avec son terrain de jeu.


Si vous avez aimé ce billet, n’hésitez pas à aimer et à partager pour nous aider. Encore mieux, laissez-nous un commentaire. Abonnez-vous à notre blogue pour recevoir nos infolettres par courriel et ne pas louper nos billets.

7 commentaires sur “Parc provincial des Dinosaures, encore des badlands avec des dinos en prime

  1. Les paysages ressemblent un peu à ceux que nous avons vus jadis en Arizona (aux alentours de Sedona)… Assez spectaculaire la planète, n’est-ce pas?
    Merci pour ce partage. Toujours aussi plaisant de vous lire.

    Martine Cardinal (Val-des-monts) Outaouais

    Aimé par 1 personne

  2. Magnifique région, qui sort de l’ordinaire. On se croirait sur une autre planète! Je comprends le plaisir de s’y balader quelques km . Autant , il y a eu de grands animaux de la préhistoire qui y ont vécus, autant il ne semble pas y avoir beaucoup d’espèces qui y vivent maintenant? Tes photos Do sont géniales , on voudrait y être. C’est vraiment une elle découverte.

    Aimé par 1 personne

    1. C’est réellement spécial comme endroit et c’est super de s’y promener librement. On a eu une magnifique journée ensoleillée et chaude. Je crois en effet que les animaux n’y abondent pas. Nous n’avons aperçu qu’un cerf, mais il parait qu’il y a beaucoup de serpents. Pas trop malheureux de ne pas en avoir croisés ;-).

      J’aime

  3. Toujours aussi intéressant !! La nature devait être magnifique à l’ère des dinosaures . Le temps l’a modifiée mais elle demeure très belle ….ces superbes photos en témoignent.

    Aimé par 1 personne

Répondre à Un tuk-tuk pour deux Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s